Trouble bipolaire
La maladie affective bipolaire (ou psychose maniaco-dépressive) est un trouble de l’humeur qui est caractérisé par l’alternance de périodes extrêmes de dépression et d’excitation (ou manie). Les personnes qui en sont atteintes présentent des sautes d’humeur excessives, qui n’ont parfois rien à voir avec les événements qu’elles ont vécus.
 
Les signes avant-coureurs du trouble bipolaire sont décelés de plus en plus souvent pendant l’adolescence et au début de l’âge adulte. Chez certaines femmes, le trouble bipolaire apparait pendant la grossesse ou peu de temps après l’accouchement. Ce trouble touche environ 1 % de la population.
 
Les périodes de manie et de dépression peuvent durer quelques jours, quelques semaines et même des mois et seront entrecoupées de périodes où la personne recouvre une certaine normalité.
 
Durant les périodes de dépression, la personne vit un sentiment persistant de tristesse. Elle trouve la vie terne et grise et plus rien ne l’intéresse. Elle expérimente une grande perte d’énergie ainsi qu’un profond sentiment d’inutilité, de désespoir, de dévalorisation et de culpabilité. De plus, elle a des problèmes de sommeil, des troubles de mémoire et de la difficulté à se concentrer.
 
La manie se rapproche plus de l’excitation que du bonheur. Même si elle peut être agréable pour la personne atteinte, ses effets sont souvent dévastateurs. Les projets grandioses et les dépenses exagérées se succèdent à un rythme accéléré. La personne fait preuve d’une irritabilité extrême pour la moindre contrariété et a le sentiment d’avoir toujours raison. Elle a des sautes d’humeur excessives, rapides et inattendues et elle s’engage de façon excessive dans des activités agréables, sans prévoir les conséquences de ces actes. Elle expérimente une surestimation de soi et a des idées de grandeur.
 
La période de dépression est généralement plus évidente pour l’entourage et la personne atteinte acceptera plus facilement de se faire aider. La période de manie peut s’avérer plus destructrice puisqu’elle peut être masquée par un usage excessif d’alcool et de drogue. Elle peut prendre la forme d’un « bourreau de travail ». En période d’excitation, la personne atteinte perd la capacité d’autocritique, elle devient irritable et, souvent, surtout lors d’un premier épisode, il faudra attendre une crise psychotique avant que l’entourage puisse intervenir.
 
Lorsque la personne accepte de se faire soigner, ses symptômes peuvent être contrôlés et elle est généralement en mesure de retrouver son fonctionnement antérieur. Elle doit apprendre à vivre avec la maladie et développer des habiletés qui lui permettront de prévenir les rechutes.
 
Source : L’Apogée, Programme Information Famille (2008), p. 14-15
En cas de panique, cliquez ici
Avantdecraquer.com

© 2009 L'Apogée. Tous droits réservés.Site Web réalisé par Distantia.
L'Apogée - Association pour parents et amis de la personne ayant un problème de santé mentale